top of page
Rechercher
  • Romie2000

MEET GARANCE


Depuis le premier jour où je l'ai rencontré, je suis en amour pour Garance. Parce qu'en plus d'être drôle, la meuf brille et rayonne tant elle est éclairée. Tout simplement. Cette make-up artiste de 21 ans, maîtrise parfaitement l'art de se mettre en valeur et de se mettre en avant. Et ça, ça fait peur aux gens mais tant mieux parce que t'façon elle s'en carre des gens. On comprend dans son interview qu'elle les a souvent dérangé tant elle sortait de « la norme ». Mais à présent c'est cette norme qui la dérange.

Avec son attitude qui heurte, son éloquence qui bouscule, sa réflexion qui secoue, son boule qui chamboule ... en fait Garance prend l'espace. Elle prend sa place, et n'attend plus qu'on lui la donne. Elle n'écoute plus personne et semble même être tombée allergique aux hommes. Car elle doute d'eux, mais elle ne doute plus d'elle, ça c'est fini. Elle nous explique ici pourquoi, et accrochez-vous car en bonne Capricorne ascendant Marseillaise, tout le monde va prendre cher ! Pas d'jaloux !



Parle moi un peu de ton enfance marseillaise ?

Je suis née ici, j'ai grandi ici, ma mère vient de Martigues, mon père est un pied-noir né à Tunis mais parti très jeune. J'ai quatre demi--soeurs, avec qui j'ai grandi donc c'est comme mes soeurs. Oui, mon père a donc eu cinq filles, avec trois femmes différentes, on peut dire que c’est un queutard. Sinon, j'étais au lycée Saint-Joseph de la Madeleine, et j'ai souvenir qu'on se faisait virer de classe parce qu’on voyait nos bretelles de soutiens-gorge dépasser de nos débardeurs. Une fois on s’est fait virer de cours parce qu’on avait mis des shorts trop courts pour elle. On était en juin, il faisait au moins 35° soeur ! Madame David, une vraie connasse. Quand on était en 5ème elle nous a appris que quand t’étais mariée, il fallait que tu accomplisses ton devoir conjugal tous les jours. Non mais genre l’enfer. Mais j’ai grandi dans une grande maison en centre ville de Marseille, franchement j’étais bien ! Que des meufs, que des zouz. Sauf le chat et mon daron genre.



Et comment t'en es venue au make-up ?

Quand j’étais en terminale, je suis allée une semaine à Paris chez une pote, et je lui ai dit « je sais pas quoi faire de ma viiiiiie ». Et ma pote me dit « franchement je te vois trop faire du make up ». Je me suis dit « putain mais c’est ça en fait ! » Et y a vraiment eu zéro réflexion, genre ça a juste fait « clip, allez let’s go make up » !

C'est vrai que quand j’étais petite c’était toujours mes soeurs qui me maquillaient, m'épilaient… entre soeurs tu vois, classique. Et je me suis mise à maquiller ma daronne, puis mes copines pour aller en soirée etc. quand j’allais en boîte sans que personne ne sache. Du coup je me suis dit « OK, continue à make up, mais sois payée pour » ! Et voilà, ça commence de plus en plus à arriver, je suis trop contente. Et me maquiller moi c’est un plaisir aussi. Parce que je suis là « oh mais je suis tellement fraîche » ! C’est un truc d’égo, et ça m’occupe tu vois. Surtout que cette année on s’est quand même tous bien fait chier, franchement ça m’a occupé de ouf. Que ce soit faire le make up, prendre les photos, les sélectionner, les modifier, faire les TikTok ; ça me prend 3h, c’est 3h d’occupées dans ma journée, je m'améliore et j'y prends plaisir aussi.


Quand tu postes tes make up sur Insta, t’as plein de refs marrantes à chaque fois, comment tu les trouves ? Comment tu te les imagines à l’avance ?

Bah parfois je suis dans mon lit et je me dis « wah mais ça ce serait trop une bonne idée », vraiment comme une enfant « oh mais ça, ça rendrait trop bien ». Je suis aussi plein de comptes de make up artists tu vois, et parfois je m’inspire de leur travail. Je m’inspire aussi de plus en plus de choses que je vois dans des animés. Je me suis vraiment mise dedans de ouf, parce que j’en regardais quand j’étais jeune puis après c’est devenu un truc de bolos tu vois, et du coup je me suis dit « non mais moi je suis pas une bolos donc je vais pas regarder ça ». Et là vas-y premier confinement, je me suis chauffée à en re-mater, et depuis l’addiction est réelle. C’est plein de couleurs, c’est une culture différente, c’est trop intéressant, puis les perso sont tellement plus stylés que dans beaucoup de dessins-animés européens. Les tenues sont trop stylées, ils ont tous des couleurs de cheveux de ouf, c’est trop inspirant !


Ce que j’adore dans tes make up c’est qu’on a l’impression que tu te sers de ton visage comme tableau ?

Ouais c’est le cas, au fur et à mesure mon visage je le connais par coeur. Je sais ce qui me va, ce qui me va pas. Après j’apprends quand même au fur et à mesure, parce que je tente des nouveaux trucs, sinon je me ferais quand même bien chier. Y a des trucs, je suis là « oui bon, dans ma tête c’était bien, quand on voit le résultat… on va s’entraîner, on va trouver un truc ». Mais ouais c’est vraiment genre une toile, en plus je me suis enlevé les sourcils, enfin je me suis décoloré les sourcils, du coup c’est encore plus neutre, c’est beaucoup plus simple, beaucoup plus fun.



Est ce que c'est un bon moyen d'apprendre à s’aimer ? Ça donne presque envie de faire ça avec le corps entier, non ?

Ça pourrait. Parce que au final quand je me maquille le visage je me trouve trop trop fraîche, mais du coup quand je me démaquille je me trouve pas aussi fraîche, genre à un moment donné j’avais du mal à sortir de chez moi sans maquillage. J’ai eu des problèmes de peau en fait, un genre de dermite, ma peau du front qui pelait tous les matins. Un bonheur. Cet été j’ai eu orgelet, conjonctivite, des soucis d’allergies… Et du coup quand je peux pas me maquiller, c’est trop dur, parce que déjà je peux pas faire ce que j’aime, et en plus je suis obligée de sortir avec ma gueule de cul. Bon depuis, tout s'est rétabli. Mais apprendre à se maquiller ouais c’est trop bien, ça aide à encore plus se kiffer, parce que du coup tu vois tes qualités. Tu vois ce que t’aimes ou pas sur toi. Mais du coup il faut faire attention de pas tomber dans le « je m’aime plus comme je suis sans rien ».




Ça me fait penser à tes stories sur tes « tétés » comme tu dis. Comment tu as appris à les ré-aimer ?

Je me les suis fait tatouer ! Se ré-approprier son corps, moi c’est avec le tatouage que j'ai réussi. Franchement ça m’a aidé à aimer beaucoup plus de parties de mon corps. Enfin moi aujourd’hui je suis très très fière de ce à quoi je ressemble. Et ouais les tétés, pendant très longtemps j’étais très complexée. J’en avais un qui était beaucoup plus gros que l’autre. Encore aujourd’hui, mais vu que les deux sont plus gros, ça se fait moins chauffer tu vois. Avant y avait vraiment le plus petit qui tombait grave. Genre j’étais là « mettez-vous d’accord, c’est pas possible ». En plus j’avais des gros tétons. Et toutes mes potes avaient des petits tétés qui tenaient trop bien, avec des petits tétons ! J’ai cru que j’avais une vraie malformation aux tétons ! Mais que nenni. Donc j’étais trop complexée de mes boobs et ouais je me les suis fait tatouer, ça va beaucoup mieux. Et j’ai commencé à faire du topless. Ça fait tellement de bien. C’est une pote qui a des petits seins, petits tétons, qui tiennent bien, qui en faisait. Et je me suis dit « je suis avec ma pote, je m’en fous j’en fais aussi ». Et là, libération de ma vie genre ! Et moins porter de soutifs aussi ça m’a aidé. Parce qu’ils ont gagné de la tenue, ils tiennent mieux.



T’avais créé l'insta Love Your Cagole. Raconte-moi un peu quelles étaient tes motivations au départ ?

C’était en 2018, à Marseille y avait peu de gens qui se chauffaient à faire des trucs dans la mode et tout... ce qui me cassait un peu les couilles parce que moi c’est ce que j’aime globalement. C’était avec mes potes Lisa et Lula, puis une autre copine qui s’appelle Laurie. Que des L. On voulait donner un côté cool à Marseille, puis aussi sur la confiance en soi. Des gens qui ont pas forcément l’habitude de poser, on les pimpait et on leur disait « vas-y tu te mets en bombe et tu fais trop ta star ». Mais au final on n’avait pas assez pensé le projet, c’est pour ça qu’on a arrêté. Pour d’autres raisons aussi, mais principalement pour ça. On ne l’avait pas pensé pour qu’il dure trop, C'était pas du tout peaufiné, pas fini. Y avait trop d’incohérences… Mais j’y repense de plus en plus, c’est un truc que je garde en me disant qu’un jour j’en ferai un truc.



Pour toi, c’est quoi les vices et vertus des réseaux sociaux ?

Dans les vices, il y a le fait de se comparer aux autres. Genre comparer ton compte Insta à un autre. Tu peux t’inspirer de comptes Instagram que tu trouves cool, bien évidemment, j’encourage même les gens à aimer ce qu’ils font sur Instagram et les réseaux sociaux ! Mais faut pas se comparer. En plus leur algorithme c’est de pire en pire, je comprends rien. J’avance dans le flou. Je préfère TikTok à Instagram aujourd’hui. Même si TikTok a évidemment ses torts tu vois. Et que je suis shadowban tous les deux mois. Parce qu’une fois j’ai mis une vidéo de moi qui twerke, BAM shadowban. Et une autre fois j’ai mis un son qui commençait par « now, who gonna suck my pussy », mais en fait t’as pas le droit d’écrire le mot « pussy ». Mais bon, petit conseil : faites ce qui vous fait kiffer, parce que les gens vous follow pour vous et pour ce que vous faites. Si tu commences à faire quelque chose pour plaire aux autres et pas pour te plaire à toi, les autres vont voir que tu kiffes moins et ils s’en battront les couilles. Parce qu’on le veuille ou pas, la validation des autres ça fait toujours plaisir. Globalement hein… un vieux gars dans la rue qui me dit « oh t’es charmante » je m’en carre le cul. Mais quand tu vois que les gens aiment ton projet, aiment ce que tu fais. Ça fait du bien de voir que ton travail est valorisé, tout simplement. T’as l’impression d’avoir accompli un truc et d’avoir fait le bon choix, ça te conforte dans tes convictions.

Et toi au quotidien, c’est quoi tes petits outils, tes petits trucs pour te sentir bien avec toi-même ?

Le soleil ! Dans mon nouvel appart j’ai plein de soleil, c’est le bonheur ! J’aime me faire à manger. J’aime m’acheter des crèmes. Et juste prendre du temps pour moi. Genre je mets toujours 200 ans pour me préparer. La douche c’est rapide, mais le temps de mettre mes crèmes, mes quinze sérums et tout. En plus à chaque fois je fais à moitié lip sync sur SCH dans la salle de bains…franchement je mets 3-4 heures avant de sortir de chez moi. Juste parce que je prends le temps de faire des choses que j’aime bien. Je fais mon rituel, je kiffe, je m’hydrate les poils d’aisselles… D’ailleurs j’ai capté l’autre jour que j’avais des fourches aux poils d’aisselles ! Parce que avant quand j’étais bourrée, je les brûlais en boîte de nuit pour rigoler, donc y avait pas de problème de fourches. J’adorais, je traumatisais tous les potes de mes potes. Ça me manque les boîtes de nuit, juste pour ça. Parfois j’invite 3-4 copines chez moi, mais ça me fait chier parce qu’il y a le ménage le lendemain, et mon chat il aime pas quand il y a des gens chez moi. J’aime pas trop avoir trop de gens chez moi, chez moi c’est mon safe place. D’ailleurs y a une règle un peu chelou chez moi, c’est que je veux pas que des mecs viennent chez moi. Sauf mon mec.



Pourquoi tu n'acceptes plus de mecs chez toi ?

Parce que je veux pas qu’il y ai une vieille vibe de masculinité toxique chez moi. Un mec qui vient chez moi, je crame de la sauge dès qu’il arrive ! (Rires). Les vibes de mascus, je peux vraiment pas. D’ailleurs je traîne plus avec aucun homme du tout. Les seuls mecs que je côtoie, soit ils sont LGBT, soit c’est les mecs de mes copines, et souvent je les aime pas. J’ai trop de mal à être entourée d’hommes parce qu’à chaque fois je suis déçue. J’attends rien, mais je suis quand même déçue. Et donc je veux pas de ça chez moi. Ça s’est fait au fur et à mesure, avec la vie. À chaque fois qu’un mec que t’aimais bien, juste en mode potes, t’étais là « bon en fait t’es un peu une merde ». J’en viens toujours un peu à cette conclusion. Et j’ai pas envie d’être entourée de merde, la merde ça éclabousse ! À cause d’attitudes, de valeurs, ce qu’ils font et disent c’est souvent très décevant. Combien de fois ton pote un peu trop vieux dit des trucs homophobes ou transphobes… Et souvent ils disent « bah éduque-moi » et bah non frère tu vas te sortir les doigts du cul, écouter des podcasts, faire comme tout le monde. En fait je trouve que les hommes, de manière générale, se reposent trop sur les femmes, les personnes racisées et les personnes LGBT pour les éduquer. Sauf qu’en fait, pas du tout ma gueule. Vraiment, tu te démerdes ! Et mon mec… bah lui il s’éduque en fait. Il fait en sorte d’être une meilleure personne. Juste il bosse. Je dis souvent qu’il faut brûler les hommes, même si je sais que c’est pas réaliste (rires). Franchement, je vois pas d’issue. Le problème aussi c’est qu’on naît tous dans un système misogyne et patriarcal. Ok, c’est comme ça. Toi en temps que petite chose, c’est pas trop de ta faute. Mais quand tu grandis et que tu captes que c’est de la merde, parce que c’est des lois fondées par des chefs d’États qui sont totalement misogynes, transphobes et tout ce que tu veux. Bah essaye de changer les choses ! J’ai espoir que ça évolue assez vite, on verra bien. À tous les coups ça va finir par une révolution. Comme les meufs au Mexique qui ont assiégé le Parlement, trop badass ! Écoute, on verra bien. Déjà j’ai hâte que les générations meurent au fur et à mesure tu vois. Les vieilles pensées et les trucs moyenâgeux... moi je suis pour retirer le droit de vote après 65 ans (rires). C’est comme les présidents des États-Unis, que ce soit Trump ou Biden, dans les deux cas c’est des hommes blancs de plus de 70 ans. C’est ça l’avenir ? Et Trump y a pas pire. Le mec a été accusé de viol… agression sexuelle et viol. Bon déjà, pour moi c’est un peu la même chose. C’est pas parce que t’as pas mis ta bite dans moi que c’est moins grave.


Je sais que t’es une grosse consommatrice de rap…

Ouiiii, d’ailleurs SCH sort son album aujourd’hui ! (JVLIVS II, ndlr). Déjà je le trouve trop beau, en plus il est bélier donc je suis amoureuse de lui. Moi, les hommes béliers j’adore. Mais je suis jamais en couple avec des hommes béliers, c’est juste des amourettes ou des fantasmes. Mais SCH c’est vraiment ma vie, je donne un organe si il faut. Mon mec le sait.

Alors qu’est-ce que t’en penses quand on te dit que c’est une musique réservée aux mecs ? Pourquoi, pour toi, le rap c’est aussi fait pour les filles ?

Y a toujours ce truc de « ah t’es une meuf et t’écoutes du rap ? non mais mdr ». Déjà tu peux écouter des rappeurs qui disent pas à chaque phrase « grosse pute, suce-moi la queue ». Déjà, commençons par là. Je n’écoute pas Alkpote par exemple, par choix. Je suis certaine que c’est un être humain qui rappe très très bien, mais je suis pas chaud de me sentir agressée dès le matin comme ça. Tu peux choisir qui tu écoutes, tout simplement. Dans tous les genres de musique. Y a plein de rockeurs qui étaient des grosses merdes. J’ai arrêté d’écouter Claude François, David Bowie, Prince parce qu’ils sont totalement pédophiles, pédocriminels, agresseurs sexuels. J’écoute de plus en plus de meufs comme ça je suis pas déçue. Dans le rap, y a plein de meufs aussi. Les grandes oubliées ! Ça change parce que c’est pas ce qui passe en radio. En France, t’as des Jade, Johanna, La Juice, Meryl, tout ça qui font des trucs trop intéressants ! C’est trop ouf ! En mecs j’écoute Jul, SCH. Même si ils sont problématiques, genre SCH il dit « pédé » à toutes ses phrases. Mais genre c’est les deux seuls mecs que j’écoute vraiment. Ou j’écoute Lil Peep; voilà. Le mec est mort et bisexuel.



Tu n’as aucun problème avec ta nudité, et la nudité en général ; pourquoi pour toi c’est important de la défendre justement ?

Parce que faut arrêter avec « le corps des femmes il faut le cacher, c’est comme un bijou précieux », « une femme c’est comme un cadenas, il n'existe qu'une clé pour l’ouvrir »… genre toutes ces métaphores chelou avec des objets, que je comprends très rarement. Olala mais s’il vous plaît ! En fait on m’a toujours appris à cacher mon corps, et que je devais avoir peur dans la rue. Mais j’ai capté que peu importe ce que je mettais, je me faisais agresser. Donc à un moment donné je me suis dit « bah écoute, on verra mes tétons, voilà, qu’est-ce qu’il se passe ? ». Peu importe comment je vais m’habiller, il va m’arriver des merdes ! Donc au moins que je me fasse kiffer ! Y a des fois où je m’habille pas comme je veux parce que j’ai trop peur de me faire agresser. Je sais que je vais rentrer tard ivre morte, si je peux éviter de me faire agresser, ça m’arrange, globalement. Et je sais qu’il y a des tenues qui excitent plus certaines personnes que d’autres.

Moi j’ai des hip dips, c’est quand tes hanches ont des petits creux. Au début je croyais que j’avais une malformation. Mais en fait c’est juste que je voyais pas de meufs avec ce corps-là ! Après quand j’ai grandi et que j’ai vu toutes mes potes à poil, j’ai compris que j’avais un corps normal. C’est juste qu’il n’y a pas un seul corps, il y a plein de corps différents. C’est pas pour autant qu’ils sont moins normaux les uns que les autres. Il faut donner de la visibilité à de nouveaux genres de corps. Et donner de la motivation à d’autres personnes qui ont des corps différents de se montrer aussi. Quand j’ai grandi, toutes mes potes faisaient un 34, moi je faisais un 36 mais je me trouvais énorme. Je me trouvais vraiment grosse. Aujourd’hui je fais un 40-42, j’ai du mal à trouver mes pantalons. Alors que c’est la moyenne de taille de pantalon des Françaises. Ça n’a pas de sens ! Beaucoup de nouvelles marques, quand elles se lancent, ne pensent pas à faire de plus sizes. Je me considère pas plus size mais en vrai j’en fais partie. Je comprends pas ça non plus d’ailleurs. On existe, on a envie d’être stylées et de bien s’habiller. D'ailleurs, il y a cette nouvelle mode, de filles qui sont plutôt skinny qui achètent des trucs larges en friperie pour les recoudre et les faire à leur taille. C’est totalement égoïste, mais c’est juste qu’on oublie totalement les gros. J’ai croisé un mec dans la rue, particulièrement chelou, qui m’a dit « la maigreur c’est à la mode, tu veux pas suivre mon programme de coaching ? ». Je me suis dit « y a vraiment un mec qui m’a arrêté dans la rue pour me dire que je suis grosse et que je devrais mincir ? ». En plus j’étais au lycée, et je faisais un 36-38 à l’époque. J’ai pris peut-être 15-20 kilos entre mes 16 et 21 ans, parce que mon corps a fini de se former, normal quoi, la vie. Et y a plein de gens qui m’ont dit « mais comment ça se fait que t’aies pris autant de poids ? ». En fait les gens parlent de mon corps, que j'en parle ou non ! On me parle tout le temps de mon corps, de ce que je suis et de ce que je fais avec, alors que j’ai rien demandé. Du coup je me suis dit que : OK je vais en parler de moi-même. Au moins je pourrai dire ce que je veux dessus. Et comme ça ils arrêteront de me poser des questions.



En fait c’est des questions de norme, c’est vraiment problématique ! C’est comme les questions de sexualité, dès que les gens ont l’impression qu’ils ne sont pas dans une norme, ils ont l’impression d’avoir un problème. Cette question de norme ça matrixe le cerveau.

Oui, moi par exemple, je garde mes poils d’aisselles, je m’épile très peu. Et y a des mecs que je connaissais qui me disaient « mais moi je trouve ça moins attirant ». Mais en même temps je comptais pas te sucer donc genre… vraiment, ton avis sur mon corps et sur ce que je fais avec, est-ce que t’as vraiment cru que ça me ferait pas une belle jambe, à tout hasard ? Je demande l’avis de dégun. Je m’étais même fait les poils d’aisselles en rose, je trouvais ça cool, j’avais pris une photo et je l’avais mise sur Twitter. Je me suis pris des menaces de mort ! Y a des gens qui disaient « ça se voit elle a le SIDA ». Le rapport, s’il vous plaît ? (rires) Et même si j’avais le SIDA, on s’en fout en vrai. Je comprenais très très mal quoi.


Comment tu te vois dans dix ans ?

J’espère toujours être féministe et en colère. J’espère être toujours dans le militantisme, enfin j’espère qu’il n'y en aura plus besoin, mais je sais que ce sera pas le cas. Donc j’espère que je serai toujours prête à me battre pour mes convictions, que je ferai toujours ce que j’aime, que je serai toujours bien entourée. Et que je serai toujours à Marseille ! Tout simplement.

Merci Garance <3



Photos de Amandine Kuhlmann

Follow Amandine

Follow Garance

Follow Romie_2000


Special thanks to Melina Ferrante

bottom of page